top of page

L’Aqueduc d’Eau d’Argent 

Evora.aqueduct.jpg

L’Aqueduc d’Eau d’Argent, également connu sous le nom d’Aqueduc d’Argent, est un ouvrage complexe et étendu d’ingénierie hydraulique de la Renaissance dans le but d’approvisionner la ville d’Évora en eau. 

 

L’Aqueduc de l’Eau d’Argent a été construit entre 1531 et 1537, parcourt une étendue d’environ 18 km depuis la Source d’Argent (sources d’eau) dans un lieu appelé Graça de Divor, dans les terres du Couvent de Saint Benoît de Castris (São Bento de Castris) jusqu’au Chafariz de la Plaza Grande (aujourd’hui Plaza do Giraldo), au centre de la ville d’Évora. Il a été ordonné de construire par le roi João III, sur le projet de l’architecte royal Francisco de Arruda.​ 

 

Au cours des siècles, l’aqueduc a subi quelques modifications, notamment la construction de chafarizes le long du parcours à travers le centre historique d’Évora. 

 

Il a été restauré au XVIIIe siècle à cause des dégâts causés pendant les guerres de la restauration. Les œuvres qui ont eu lieu aux XIXe et XXe siècles n’ont pas changé leur trait général original. 

La dernière intervention près de ce monument a été faite récemment lorsque les champs environnants ont été entièrement nettoyés. 

 

Le monument a été inclus dans les Parcours Environnementaux d’Évora. A partir de l’Aqueduc est possible de faire le Chemin de l’Eau d’Argent - à pied ou à vélo et avec trois accès possibles) - sont 8,3 km (aller simple) de parcours environnemental, le long de la section qui a été restauré au Xixe siècle, toujours avec vue panoramique sur Évora, et toujours en contact avec la nature, traversant les champs et les fermes. 

 

Il est classé monument national depuis 1910. Il fait partie intégrante du Centre historique d’Évora inclus Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986. 

 

L’Aqueduc est l’un des rares de cette époque qui continue à fonctionner aujourd’hui, contribuant à l’approvisionnement de la ville. En raison de la forte nécessité de conservation, l’Aqueduc est entré dans la Liste Biennale du World Monuments Watch. 

bottom of page