Hall - Porte d'entrée

La façade principale de la forteresse de Peñíscola a une seule entrée menant au château, qui a été construit entre 1294 et 1307.  Celle-ci est couverte de voûtes en berceau, dans des directions différentes et qui s'adaptent à la géométrie irrégulière du plan d'étage, l'entrée était alors flanquée de deux tours carrées en saillie qui protégeaient l'entrée - l'une de ces tours a été démolie au 19ème siècle pendant la guerre de l'Indépendance. Devant cette porte est sculptée une bande de frênes avec trois emblèmes héraldiques – la Croix Noire de l'Ordre du Temple ; les chardons, emblème du maître de l'ordre, frère Berenguer de Cardona, et pourquoi  le bâtiment a été achevé par l'Ordre de Montesa, les Bandes du commandant de cet ordre à Peñíscola, frère Arnaldo de Banyuls, se trouvent également ici. Au-dessus de cette frise héraldique se trouve une fenêtre gothique à trois pointes. 

L'entrée donne accès non seulement au Pátio de Armas, mais à d'innombrables autres pièces. C'est ici que se trouvent les escaliers qui donnent accès à l'étage supérieur du château, permettant d'accéder aux pièces principales du château, aux appartements pontificaux, à la salle gothique, à l'église et à la terrasse supérieure.  

L'escalier actuel est le résultat de plusieurs rénovations. Dans les travaux de restauration les plus récents, quelques traces d'un escalier plus ancien ont été révélées dans la roche de base.

Le plan incurvé du hall d'entrée conduit à la seconde porte du château, située à mi-hauteur de l'escalier, dont le but était de protéger le passage vers la cour d'armes - cet espace, qui avait une double fonction, servait de cloître, semblable à celui de monastères et pourtant de place d'armes, si caractéristique des châteaux médiévaux et du caractère militaire de l'Ordre des Templiers.

En entrant par cette porte et en vous promenant dans cette forteresse de plus de sept siècles d'histoire, imaginez les défilés des Templiers et de l'Ordre de Montesa, les traces de Papa Luna, les jours difficiles et mouvementés de la Guerre d'Indépendance, lorsque les Français des troupes occupèrent le château et le général Elio, en le bombardant pour le récupérer, fit sauter la poudrière et avec elle la partie supérieure de cette tour que l'on apercevait à gauche de l'entrée.

Encore un endroit magique dans ce château !